Une somme

par Loïc Chahine · publié dimanche 7 septembre 2014

Il y a des livres dont le seul aspect semble annoncer qu'ils feront date. Par ses deux imposants volumes, Théories de la composition musicale au xxe siècle fait partie de ceux-là : un peu plus de 1800 pages, huit grandes parties, 66... on ne sait s'il faut dire articles ou chapitres et à peine moins de collaborateurs — l'entreprise, placée sous la direction de Nicolas Donin et Laurent Feneyrou, est colossale. Il faut dire que tenter d'embrasser en un seul ouvrage toute la diversité des musiques savantes du xxe siècle est une gageure. De ce point de vue, on peut estimer que Théories de la composition musicale au xxe siècle est assez complet : Schoenberg, Berg et Webern, certes, mais aussi Varèse, Charles Ives, Pierre Schaeffer, Igor Stravinsky Pierre Boulez, ou les moins connus Charles Seeger et Henry Cowell, apôtres d'un contrepoint dissonant, on peut dire qu'aucun grand nom de la pensée de la composition musicale n'est oublié. Mais on découvre aussi des noms auxquels on aurait moins pensé comme ceux de Vincent d'Indy et de Charles Kœchlin ; on découvre les textes théoriques de Leos Janáček ou la pensée musicale soviétique officielle et ses racines dans le xixe siècle.

En faisant une place non seulement aux grands courants mais aussi aux moins connus, ou moins étudiés, Théorie de la composition au xxe siècle peut prétendre à une quasi exhaustivité. Je dis “quasi”, néanmoins, car certains compositeurs plus connus et plus généralement appréciés des salles de concert, et probablement des spectateurs, sont relativement absents. Je pense, surtout, à Richard Strauss qui, aurait probablement mérité, comme Kurt Weill, un chapitre. Maigre péché, cependant, car les deux compositeurs sont loin d'être généralement ignorés, et l'on n'aura guère de peine à trouver ailleurs de la documentation.

Ce qui se lit en filigrane dans Théories de la composition musicale xxe siècle, c'est la variété, la diversité et le foisonnement d'un siècle finalement mal connu et souvent mal apprécié des mélomanes. Il n'est pas rare de rencontrer des gens pour qui la « musique contemporaine » — comprenez : à partir de Stravinski ou de Schoenberg — est bannie, incompréhensible, voire désagréable. Or, ce que rappelle le présent ouvrage, c'est que la musique du xxe siècle ne peut pas être réduite au dodécaphonisme et au sérialisme ; c'est aussi que le passé, que l'héritage, ont été des ressources pour les compositeurs, qui ont même remis à l'honneur des tempéraments inégaux tombés en désuétude au xixe siècle.

Si la matière est surabondante, et si l'on pourrait craindre que certains sujets soient survolés, il n'en est rien. Chaque article ou chapitre est dense. Les exemples musicaux et tableaux, indispensables, ne manquent pas. Il faut saluer le courage de l'éditeur lyonnais Symétrie de s'être engagé dans cette aventure, et son savoir-faire — les deux volumes sont d'une grande élégance —, il faut aussi saluer, j'imagine, la ténacité et l'ambition des auteurs et directeurs scientifiques. Ils nous offrent ici une somme.

En faisant une place à peu près égale à des courants et à des compositeurs très divers, et diversement connus ou reconnus, Théorie de la composition musicale au xxe siècle est une ode à la curiosité et une invitation à la découverte. Toutefois, on ne saurait dissimuler que l'ouvrage est technique, et qu'il appelle une lecture attentive. Les titres mettent en appétit, et chaque plat est copieux et complet. Voilà qui constituera assurément une ressource, une référence sans faille, et il n'y a que peu de doute sur le fait que quand on aura à aborder quelque point de la musique ou de la composition musicale savantes au xxe siècle, s'y plonger deviendra un réflexe. (Ça l'est déjà devenu pour moi, et je ne suis pas peu fier de voir cette somme trôner dans ma bibliothèque.)

Souhaitons de le retrouver cet ouvrage dans toutes les bibliothèques publiques, médiathèques et conservatoires afin que, malgré son prix — c'est celui d'une encyclopédie — il soit accessible au plus grand nombre.

INFORMATIONS

Nicolas Donin et Laurent Feneyrou (dir.), Théorie de la composition musicale au xxe siècle

Symétrie, 2014.

On peut consulter la table des matières de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

D’AUTRES ARTICLES

Lettre ouverte à Jordi Savall, et ce qui s’ensuit.

Le texte suivant est en fait constitué de trois « posts » par le violiste et violoncelliste Roberto Gini, ancien élève et…

Portrait de Dante en grand opéra. Benjamin Godard : Dante • U. Schirmer, E. Montvidas, V. Gens.

L’amour naît d’un regard, et un regard suffit. Stradella : Lagrime e sospiri • Chantal Santon Jeffery, Galilei Consort.

Mafalde corte con Zucchine e Gamberetti

On dit toujours force mal des réseaux sociaux, mais sans…